top of page

Mon expérience Vipassana en Inde

Dernière mise à jour : 7 nov. 2022

J'ai envie aujourd'hui de vous raconter cette expérience qui a beaucoup contribué à mon ouverture spirituelle et à tous les changements qui ont suivi.



2016, deux amies décident de (re)partir voyager en Inde pendant quelques mois. De mon côté, je n'avais jamais mis les pieds ailleurs qu'en Europe, mais je ressentais cette soif de voyage et de découverte depuis des années ! A cette époque, j'étais peu stable professionnellement, je naviguais et me laissait guider d'expérience en expérience avec les animaux, travaillant plutôt en haute saison j'avais donc la possibilité d'avoir du temps libre durant l'hiver, et cette année, je décidais de me lancer dans cette aventure qu'est le voyage en Inde !



Quelques mois de préparation, d'excitation, puis, nous y voilà ! Mes pieds touchent le sol de New Dehli, je suis déphasée, fatiguée, je ne comprends pas bien où je suis. Mais j'y suis. Je dois maintenant apprendre à me débrouiller ici, tout est différent. Les odeurs, l'atmosphère lourde, l'oppression, la pollution, le regard des autres... Je me souviens avoir pensé "Qu'est-ce qui m'a pris de venir ici ?", et pourtant, je me sentais appelée intérieurement, par ce pays, par sa culture.


Nous avons voyagé quelques temps, de New Dehli à Agra, en passant par Jaipur, Varanasi et j'en passe, des heures de train interminables, un confort sommaire, le port du masque car je ne supportais pas la pollution, de l'attente, beaucoup d'attente. Mais ce voyage m'aura montré la beauté d'une vie simple, au travers de regards croisés, d'instants magiques capturés, et de la nature sauvage encore parfaitement préservée à certains endroits.








Puis nous avons passé la frontière en pleine nuit pour nous rendre au Népal, mémorable. Pour ensuite emprunter une route en bus, au bord d'un précipice. Waow... J'ai vécu tout ça.

Lever de soleil mémorable sur la chaîne de l'Annapurna


Après quelques semaines incroyables au Népal, pays que je porte aussi dans mon coeur ❤️, entre Pokhara, la réserve de Chitwan et Kathmandou, nous redescendons vers l'Inde, vers Bodhgaya, lieu où Siddharta Gautama a atteint l'illumination et l'état de Bouddha. Le lieu est donc considéré comme l'un des quatre lieux saints du bouddhisme. C'est là que nous allions vivre cette expérience unique, révélatrice.


La retraite Vipassana, qu'est-ce que c'est ?


Déjà, qu'est-ce que ça veut dire ?

Cela signifie "voir les choses telles qu'elles sont réellement". C'est une retraite méditative intense... Mais vraiment intense !


L'une des plus anciennes techniques de méditation connue en Inde, elle y était enseignée comme le remède universel aux maux universels.


Ici, pas de communication avec autrui, tu baisses les yeux, tu n'interagis pas avec les autres afin de rester centré sur toi-même. Ici, tu n'as droit à aucune distraction, aucune activité physique ; pas de téléphone, pas de musique, pas de livre, pas de jeu de cartes, pas de yoga, rien, nada. La seule chose que tu es autorisée à faire, c'est méditer, manger et dormir... Mais surtout méditer !!

Quand tu entres dans cette retraite, tu ne le sais pas encore, mais tu t'apprêtes à vivre avec toi-même, et ton autre toi, que tu ne connais peut-être pas encore bien, voire pas du tout.


Une journée type Vipassana (je ne me souviens plus des heures précises mais ça ressemblait à ça) :


- 4h : J'entends la petite cloche de réveil. Quelqu'un se balade devant les "portes" des chambres, qui ressemblent plus à des volets. Je me lève, je vais me brosser les dents, et je n'ai qu'une envie c'est d'aller me recoucher.

- 4h30 : Je me dirige tant bien que mal vers le hall de méditation, où femmes et hommes sont séparés. Les femmes d'un côté, les hommes de l'autre (bah ouais, pas de distraction on a dit !)

- 6h ou 6h30 : L'heure du petit déjeuner, Hallelujah ! Après avoir lutté pendant 2h pour ne pas m'endormir assise, sur mon coussin de méditation, la faim se fait sentir ! Le repas est intéressant, certains jours il y a du riz ultra épicé, (attention aux gros morceaux de piment...) histoire de bien se réveiller, mais surtout d'activer le feu intérieur (bonne digestion) ! Puis petite balade, toujours en baissant les yeux quand je croise quelqu'un (il y a un jardin dans l'enceinte du centre). Parfois j'espère croiser un regard, un sourire, mais non. Je me sens seule. Puis je me "douche" sous un filet d'eau de la salle de douche, on est presque en extérieur, tout est ouvert. Je me fais violence pour me laver, j'ai froid.

- 7h30 ou 8h : Retour dans le hall de méditation, sur mon coussin... Jusqu'à 11h ! Le temps est long, je somnole et j'essaie en même temps de suivre les instructions de méditation (à chaque début de session), puis le silence. Le silence, et des pensées... "comment font les autres à ne pas bouger d'un poil ?! A quoi pensent-ils ?".

- 11h/11h30 : La matinée de méditation se termine, place au repas du midi ! Et quel bonheur de manger avec les doigts, directement dans l'assiette, face au mur...

- 13h : Retour sur le coussin de méditation. Le ventre plein, la petite balade dans le jardin a été agréable, il est temps de méditer (encore) jusqu'à 16h30 ! Je regarde les gens autour de moi, enfin devant moi, et à côté, du coin de l'œil. Je me fais des scénario dans ma tête, je ne vois personne se mouvoir. Mais moi, je bouge dans tous les sens, c'est inconfortable d'avoir les fesses posées sur ce coussin qui me parait bien moelleux les premières dix minutes mais qui, au fur et à mesure se transforme en brique ! Mes genoux me font mal.

- 17h : Dernier repas de la journée... Du riz soufflé, des fruits et c'est tout jusqu'au lendemain matin ! Je savoure ce repas, aussi simple soit-il, je prends plusieurs bols histoire de ne pas mourir de faim pendant la nuit.

- 18h30/19h : visionnage d'une vidéo, je ne sais même plus ce que c'était... on était encore assis sur un coussin, en petits groupes cette fois, pendant environ 1h.

-20h30 : Dernière méditation de la journée dans le hall principal.

-21h15 : Au lit ! Je me glisse dans mon sac de couchage. Ça fuse dans ma tête, je pense à toutes les choses qui me manquent, que j'aimerais faire, je pense à mon chien... J'entends les animaux aux alentours, renards, chouettes ou hiboux. Puis je m'endors.


- 4h le lendemain, le cycle recommence.


Plus les jours passent, plus je m'adapte, je m'habitue au rythme et je commence à l'apprécier. Je commence à comprendre pourquoi je suis là.

Les pensées s'estompent peu à peu. Je me sens plus calme, plus apaisée. J'apprends à me concentrer sur ma respiration, à scanner mon corps de l'intérieur.

Il nous arrive deux à trois fois de chuchoter une petite minute ou deux dans la salle de douche avec mon amie*. (Chuuut !) On rigole tellement. On échange nos impressions. Avant que quelqu'un entre et qu'on fasse comme si rien ne s'était passé :)



Par moment, lors des longues heures de méditation, je me sens m'élever intérieurement. Je sens des frissons parcourir ma colonne vertébrale, ma tête se penche légèrement en arrière par moments. Je suis alignée. Corps et âme. J'apprécie d'être là, ici, maintenant. Je suis à l'autre bout du monde, et je vis cette expérience hors du commun, dans ce pays qui me fascine tant, où je me sens chez moi.

Un matin vers 5h, alors que je suis dans le hall de méditation, je m'échappe à cause d'une envie pressante. Il fait encore nuit. Sur le retour, en direction du Hall, je croise dans le jardin un renard. Il s'arrête un instant, me fixe. Malgré la nuit, je distingue sa tête tournée en ma direction, à quelques mètres de moi. Puis il s'efface, dans la nuit. Je reste là un court instant, me demandant s'il avait un message à me transmettre. Moi qui aime tant les animaux, je me sens chanceuse.


10ème jour, au matin, nous sommes autorisé à parler à nouveau, à échanger, à rigoler. On a du mal à s'y remettre, c'est bizarre. On discute avec les autres, des personnes du monde entier, des indiennes, une italienne, une chilienne, une américaine, et j'en passe. Nous rigolons !


Le soleil brille à nouveau alors que le ciel était teinté de gris durant les neuf derniers jours. Dans le ciel, j'observe un rapace tourner autour du centre. Je suis émerveillée. Je suis heureuse. Je me sens bien. Je me sens riche de l'intérieur. Nourrie comme jamais je ne l'ai été auparavant.


Nous récupérons nos biens, et avons la possibilité de contacter nos proches. Je n'en ressens pas le besoin, je n'ai pas envie. Je veux rester ici, dans ma bulle.


Le soir venu, lorsque je me couche, je décide d'écouter mon album préféré de Pink Floyd "The Dark Side of The Moon". Je le redécouvre complètement. Les larmes coulent le long de mes joues. Je suis pleine de gratitude, tellement reconnaissante d'être ici, d'être en vie, et de vivre cette expérience.


Merci l'Univers.


Photo par Mary Garcia


Je suis rentrée de ce voyage quelques jours après ma retraite Vipassana, enrichie. J'ai continué à méditer régulièrement et j'ai pris des décisions justes pour moi. J'ai réalisé à quel point je n'avais pas besoin de grand chose pour être heureuse, pas besoin de tant de distraction. J'ai réalisé que je pouvais juste "être". J'ai commencé à m'écouter davantage et à être moi-même chaque jour un peu plus depuis.


Je suis imparfaite, j'ai eu besoin de vivre certaines expériences qui me permettent aujourd'hui d'être qui je suis. Et c'est dans ces expériences aussi imparfaites soient-elles que je puise ma force pour une vie plus alignée, honnête et lumineuse.


Namaste ❤️


*Une pensée toute spéciale pour mon amie Elo, partie rejoindre les étoiles il y a peu, qui a été l'une de mes guides durant les dix dernières années et avec qui j'ai partagé des instants de voyage incroyables.

28 vues1 commentaire
bottom of page